Les clés pour acheter du mobilier design aux enchères

Art & Design

Les clés pour acheter du mobilier design aux enchères

PAGE6-Encheres
La tendance du mobilier design n’est plus à démontrer ; alors, quand on rêve de pièces de design à prix plus raisonnable, comment fait-on ? Se ruiner dans des rééditions authentiques ou bien… foncer en salle des ventes !
Pour démystifier ce lieu, en décrypter le fonctionnement et vous donner envie de sauter le pas, j’ai posé quelques questions à Maître Stéphane Prenveille, Commissaire Priseur d’Émeraude Enchères à Saint-Malo : il nous explique comment repérer les bonnes affaires !


Quel est le principe d’un Hôtel des Ventes ?

Les commissaires-priseurs sont les intermédiaires entre les vendeurs – particuliers ou notaires dans le cadre de succession – et les acheteurs potentiels. Ils officient dans les Hôtels des Ventes.
Par le biais des ventes aux enchères, ils mettent à la disposition du public des biens mobiliers à vendre. Pour informer de ces ventes, nous disposons d’outils, comme la presse locale et nationale (La Gazette de l’Hôtel Drouot, notamment) ; mais aussi certains sites dédiés aux ventes aux enchères publiques comme Interenchères et Auction entre autres.
Après, il existe des types de ventes différents, comme les ventes courantes (ce qu’une maison peut contenir, des biens d’équipement et les meubles anciens ou d’occasion), les ventes « cataloguées » qui ont vocation  à disperser les tableaux, objets d’art et mobilier présentant un intérêt particulier ou encore les ventes dites « thématiques ».

PAGE1-EncheresMaître Prenveille devant une table et des chaises de Charlotte Perriand – © Emeraude Enchères


Quels peuvent être les intérêts à acheter en Hôtel des Ventes ?

Je dirais que le principal intérêt est d’être sûr d’acheter un objet au juste prix, c’est-à-dire, le meilleur prix possible fait de la confrontation de l’offre et la demande. C’est un bon moyen en tant que particulier d’acheter un objet avant qu’il ne passe de marchands en marchands et ainsi voir son prix souvent grimper ; cela permet de « court-circuiter » les intermédiaires.
Il y a un autre avantage que je vois : pour les novices, acheter en salle des ventes, permet de s’assurer de la provenance et de l’authenticité d’un objet. Contrairement à certains sites d’enchères ou d’occasion en ligne, nous assurons par notre expertise, la valeur intrinsèque de l’objet avant même sa mise sur le marché. Qu’il soit d’occasion, neuf ou de style, peu importe ; en tant que commissaire-priseur, notre responsabilité est engagée pour 10 ans lorsqu’un achat est effectué. Enfin, les acheteurs ont accès à un stock important dans un minimum de temps et au sein d’un périmètre défini.

PAGE2-EncheresLot de 8 chaises Bertoïa vendues à 1650 € – © Emeraude Enchères

À quelles choses faut-il penser avant de se lancer ?

Souvent négligée, mais néanmoins très importante, il faut prendre conscience de la logistique et donc bien s’organiser en amont pour le retrait des marchandises. Ainsi, veiller à se renseigner sur les prix de gardiennage pratiqués par les sociétés de ventes, mais aussi les éventuels coûts liés au transport, à l’envoi et au colisage. En effet, les frais d’expédition de la Société de Vente Volontaire ne se déterminent pas en fonction du prix d’achat mais bien de l’encombrement de l’objet à envoyer.
Il y a bien évidemment, les frais liés à l’achat par adjudication. En effet, quand vous achetez en Hôtel des Ventes, vous devez ajouter au prix de l’adjudication, un pourcentage qui oscille entre 18 % et 25 % TTC. Ce sont des frais, dits « volontaires », librement appliqués par chaque commissaire-priseur.
Toutefois, il existe des cas où un commissaire-priseur judiciaire exerce son activité parallèlement à celle de sa société de ventes. Dans ce cas, les frais liés à la vente des biens meubles, dans le cadre de ses prérogatives d’officier ministériel, sont invariablement fixés à 14.352 % TTC.

PAGE3-EncheresTabourets tripodes, fauteuil et banquette Tokyo de Charlotte Perriand, table en métal de Warren Platner – © Emeraude Enchères

Quelles sont les erreurs à éviter ? Et les étapes avant d’acheter ?

La principale erreur lorsqu’on veut acheter par le biais des sociétés de ventes, est de venir avec une idée précise de ce que l’on cherche. Parfois, il faut se laisser la liberté d’avoir un coup de cœur et aimer l’imprévu. Bien sûr, il faut acheter à des prix raisonnables et ne pas se laisser « gagner » par le feu des enchères !
Avant la vente, il faut bien se renseigner sur l’objet ; grâce à notre site internet, nous mettons à disposition beaucoup de photos et nous conseillons d’appeler pour de plus amples informations. Il y a toujours une exposition préalable à la vente, la veille et le matin même.

Une fois qu’un objet plaît, il y a plusieurs manières d’enchérir :
– être présent sur le lieu de la vente et enchérir en personne,
– donner un ordre d’achat ferme, c’est-à-dire un prix fixe qui permet de suivre la vente et de pouvoir enchérir sur le lot et de le remporter tant que l’adjudication ne dépasse pas l’ordre,
– par téléphone ou par internet, chacun peut enchérir en direct !

PAGE4-EncheresLampe de bureau en laiton vendue 25 € – © Emeraude Enchères

Quel mobilier design peut-on trouver et quelle période privilégier ?

Par exemple, lors d’une vente de maison complète (la vente se fait sur site, c’est-à-dire dans la maison même), on peut trouver sur l’ensemble, du mobilier design et souvent dans le grenier ! J’ai souvenir d’un fauteuil des années 70 à piétement culbuto découvert dans le grenier d’une villa  à Dinard et adjugé 200 euros ! Ou bien encore, un valet de chambre gainé de cuir de Jacques Adnet qui trainait dans un coin d’un garage.
Il y a aussi pas mal de grès des années 1950-60 et aussi beaucoup de mobilier non signé mais dont la facture est plutôt correcte, souvent avec un design original et qui part donc à des prix plutôt bas : 50, 100, 200 €… Le plus important est de garder à l’esprit qu’il s’agit d’objets ayant une âme et une patine d’époque et qu’il faut aimer cela !

PAGE5-paragraphe1-EncheresÀ gauche, lampe à poser Gae Aulenti vendue 570€ – À droite, paire de fauteuils Senior de Marco Zanuso vendue 1800 € – © Emeraude Enchères

Concernant la période à privilégier, cela dépend de chacun ! Mais c’est vrai qu’en ce moment le design scandinave fait un tabac ! Nous le constatons également lors des ventes. C’est d’ailleurs assez incroyable, car cet engouement touche tous les âges. Aussi bien les trentenaires à la recherche d’une enfilade danoise que des personnes plus âgées de 70 ans, qui revendent leur salle à manger en merisier de style Louis XV ! Par exemple, une chaise Champagne de Laverne va très bien se vendre à 600 €, alors qu’une commode en acajou d’époque Louis XVI de bonne facture trouvera péniblement acheteur à 800 ou 1 200 euros.

Je conseille, au-delà des tendances, de réfléchir à comment « mixer » les styles : le mélange est plus intéressant et en terme de facture, les meubles plus anciens ont souvent été réalisés dans des matériaux nobles avec une grande qualité d’exécution. Pour les plus téméraires, il faut s’amuser à décrypter les tendances et à réfléchir sur ce qui fera la décoration de demain. Aujourd’hui, on trouve en vente du design des années 1980-1990, comme Starck ou Wilmotte, à des prix tout à fait intéressants. Un dernier conseil : outre les ventes thématiques, regardez du côté des ventes courantes où l’on peut dénicher de petites merveilles !

PAGE5-paragraphe2-EncheresLot de 4 chaises Pagholz vendues 210 € – © Emeraude Enchères

Pouvez-vous donner des exemples de prix d’adjudication ?

Bien entendu, tous ces prix s’entendent hors frais :
– un lot de 4 chaises et 2 fauteuils Tolix à 350 €
– une réédition des années 1980 de l’ensemble Lounge de Charles Eames à 500 €
– une paire de fauteuils Senior de Marco Zanuso à 1800 € (achetés par une galerie parisienne !)
– un lot de huit chaises Bertoïa à 1650 €
– une suspension en nacre de Verner Pantone à 150 €.

Tout cela reste plutôt raisonnable comparativement aux prix des rééditions modernes ! Dans le même temps, une armoire en chêne se vend 100 € et une commode de la fin du XVIIIe peut partir à 700 €.


Mes trucs en plus :

Comme pour une recherche de logement, il y a aussi la possibilité de découvrir ce monde des enchères publiques sur Interenchères. Ce site recense toutes les ventes aux enchères organisées par tous les commissaires-priseurs de France, en s’inscrivant il y a la possibilité de recevoir des alertes par e-mails en fonction de mots-clefs choisis. Cela permet de rester informé des ventes à venir et découvrir l’objet qui rendra votre intérieur différent, personnel et loin des rééditions aseptisées !

(Photos une :  Lot de chaises et fauteuils Tolix vendue 350 € – © Émeraude Enchères)


Cet article a été réalisé pour Maison & Déco et publié sur leur site le 19 mars 2013