Katia Monaci, peintre du sensible

Artistes et designers

Katia Monaci, peintre du sensible

Propos Déco
Diplômée de l’École Duperré, Katia Monaci est graphiste et peintre.

Comme les deux pôles d’une même planète, Katia vit cette ambivalence comme un moyen d’échanges profonds entre ses deux activités :
« en effet, mon travail de graphiste et ma pratique de la photographie sont enrichis par mes recherches picturales et réciproquement. Les savoirs se combinent : le rapport des vides et des pleins, la composition et la couleur par exemple. Le graphisme et la peinture sont deux disciplines différentes, mais la frontière peut être parfois ténue. »

Grâce à la peinture, elle exprime sa sensibilité : « j’interroge mon rapport à ce qui m’entoure et à ce qui m’habite. C’est une forme de contact, un moyen de compréhension et de connaissance. »
Peintre funambule, Katia Monaci déroule son fil et œuvre après œuvre, explore son propre chemin artistique. Sans certitude établie, elle oscille entre réalité et imaginaire avec pour seul balancier, l’intime et l’inconnu.

L’humain est au centre de sa recherche artistique. Corps unisexe, figures mythologiques ou oniriques se meuvent dans des espaces tantôt minéral, tantôt végétal : « je ne maîtrise pas tout, je ne réalise jamais d’esquisse, ma seule certitude est cette nécessité que j’ai d’être en présence ; en présence d’une couleur, d’une figure et d’un sujet qui me donnent l’impulsion d’une nouvelle peinture ou d’un nouveau dessin. Je pars d’un désir intuitif et instinctif pour créer. »

À l’instar des sujets traités, l’intensité expressive de ses œuvres naît de sa palette chromatique. Le travail par série lui permet de réduire sa gamme de couleurs à l’essentiel pour mieux en explorer une. L’émotion qu’une couleur peut procurer, l’énergie qui s’en dégage lui permettent de fixer sa propre subjectivité.

Katia Monaci n’a pas d’opinions dogmatiques sur son travail, elle part à la recherche de cet émerveillement, « j’ai besoin d’aller vers l’inconnu. Lorsque je peins, je traverse des états contradictoires. Le processus de création est comme un choc, j’ai besoin de cette partie d’improvisation pour que mon travail se révèle. »

Ses tableaux juxtaposent les thèmes universels de la vie, de la mort, de l’espoir ou encore de l’attente, à sa propre histoire.

L’inspiration se nourrit d’une introspection constante,« les grands peintres ont cette force vitale qui abreuve et nourrit leur création. Pour moi, le fleuve n’est parfois qu’un filet d’eau et ma production peut être fragmentée. Mais peindre est toujours lié au désir d’être en contact avec cette source, à la capacité d’extraire quelque chose de l’invisible et de l’intangible. »

Se frayant tout de même un chemin, Katia peint, expérimente, réalise des carnets pour garder ce fil précieux qui la lie à la création. Elle a« l’impression de n’être qu’au début, de toujours redémarrer » mais c’est sans compter sur la certitude que le spectateur a en regardant ses œuvres : il entrevoit le chemin qui avance, les montagnes, les vallées et les déserts, au bout desquels le peintre trouvera ce fleuve intérieur qui nourrira pour de bon les rives fertiles de sa création.

Certaines de ses œuvres sont disponibles en prêt ou à l’achat dans les deux artothèques lilloises, L’Inventaire et Lasécu. L’ensemble de son travail est visible ici.

Traversée II (Extraits)
Propos Déco

Le Repos du MarcheurPropos Deco

Souffle (Extraits)
Propos Deco

Sud (Extraits)Propos Déco

Cinque Terre (Extraits)Propos Deco

D’Oro (Extraits)Propos Deco

Toscana La Capella (Extraits)
Propos Deco

(Œuvres & crédits photos ©Katia Monaci, tous droits réservés)